Une po√©sie par jour…ūüĆļ

Posté par jennifere sur

Vous connaissez ce dicton anglo-saxon : ¬ę¬†One apple a day keeps the doctor away¬†¬Ľ ?¬†ūüćé

Au sens litt√©ral : ¬ę¬†Une pomme par jour garde le m√©decin √† distance¬†¬Ľ, et de mani√®re explicite : si on mange une pomme par jour, nous n’avons pas besoin d’aller chez le m√©decin, car la pomme a de telles vertus qu’elle nous garde en bonne sant√©.

Et si la po√©sie avait les m√™mes qualit√©s ?¬†ūüôā

Nous avons d√©couvert cette po√©sie, nous l’avons trouv√©e int√©ressante pour plusieurs raisons, alors nous la partageons avec vous ici.

√Čcrite par Chabanon, tir√©e de l’oeuvre : ¬ę¬†Sur le sort de la po√©sie en ce si√®cle philosophe¬†¬Ľ, publi√©e en 1764.

Ces quelques vers parlent du conflit entre sciences et arts litt√©raires, des querelles et de la hi√©rarchisation¬† des connaissances… quelque part la mise en place d’un march√© des disciplines et des connaissances ?

On peut trouver l’oeuvre originale dans la merveilleuse biblioth√®que Gallica de la BNF ūüĎČūüŹľ :https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k108144k?rk=193134;0

 

 

Nous la retranscrivons comme ceci :

Elle est aussi pr√©sente dans le recueil ¬ę¬†Anthologie de la po√©sie fran√ßaise du XVIIIŠĶČ si√®cle¬†¬Ľ, sous la direction de Michel Delon,¬†Gallimard, la collection Po√©sie, paru en novembre 1997.

Chabanon, Michel Paul Guy, lui-même :

https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/joconde/000PE011128

 

Pour aller un peu plus loin sur je sujet √©voqu√© par la po√©sie, nous avons trouv√© sur le site cairn.info, dans ¬ę¬†Litt√©rature¬†et¬†science¬†: arch√©ologie d’un litige (XVIe-XVIIIe¬†si√®cles)¬†¬Ľ, par Philippe Chom√©ty et J√©r√īme Lamy, dans¬†Litt√©ratures classiques¬†2014/3 (N¬į¬†85), pages 5 √† 30 cet extrait :¬†

¬ę¬†L‚Äôid√©e que la modernit√© a correspondu √† un moment particulier de condensation et de s√©paration des pratiques cognitives a √©t√© battue en br√®che par de nombreux travaux d‚Äôhistoire, de critique litt√©raire, d‚Äô√©pist√©mologie et de sociologie des sciences. Dans son essai¬†Nous n‚Äôavons jamais √©t√© modernes, au titre quelque peu provocateur, le sociologue Bruno Latour soutient par exemple que la modernit√© (si tant est qu‚Äôelle existe) consiste avant toute chose √† construire des formes d‚Äôassociation hybrides entre la nature et la culture ‚Äď tout en pr√©tendant pr√©cis√©ment faire le contraire. Le grand partage qui oppose structurellement les ¬ę¬†deux cultures¬†¬Ľ scientifique et litt√©raire‚ÄĮ¬†devenu comparable, sinon analogue dans notre conscience contemporaine, aux dichotomies anthropo-philosophiques du vrai et du faux, du rationnel et de l‚Äôimaginaire, du¬†logos¬†et du¬†muthos, etc. ‚Äď ne serait donc qu‚Äôune ¬ę¬†pure discursivit√©¬†¬Ľ, c‚Äôest-√†-dire une convention arbitraire, une abstraction jamais vraiment r√©alis√©e, concr√©tis√©e,¬†incarn√©e¬†dans les mani√®res de faire et de conna√ģtre. On voit par l√† que la question de la diff√©renciation des savoirs (de son origine, de ses conditions et de ses prolongements jusqu‚Äô√† nos jours), qui pose en m√™me temps le probl√®me de la hi√©rarchie des disciplines, reste un sujet de controverse tr√®s vif, signifiant probablement qu‚Äôau-del√† des enjeux intellectuels elle a aussi des implications politiques fondamentales.(…)¬†¬Ľ

https://www.cairn.info/revue-litteratures-classiques1-2014-3-page-5.htm#

Et bien s√Ľr qu’√©videmment, vous pouvez retrouver sur votre site pr√©f√©r√© ūüôā des vid√©os √† partager avec les enfants… concernant la po√©sie :

https://fr.brainpop.com/search/?keyword=po%C3%A9sie