Série Lire ! – 3/3 – Créer sa liste lecture

Posted by jennifere on

Dans un premier article sur la lecture, nous avons rappelé en les détaillant, les principes fondamentaux de la lecture : décoder et comprendre.

Dans un deuxième post, nous avons évoqué le goût de la lecture, et évoqué quelques pistes pour le favoriser, ce si précieux goût de la lecture.

Pourquoi ce troisième article ?

Dans “créer sa liste de lecture” il y a l’idée de l’intention, et en réalité l’idée aussi des conditions favorables pour la lecture.

Dans le contexte scolaire, la liste de lecture est imposée par le programme scolaire, le choix de l’enseignant.e, car les textes sont envisagés dans l’idée du continuum pédagogique.

Le centre de documentation de l’établissement détient un pouvoir magique : celui de la liberté de lire d’autres œuvres que celles imposées dans le cadre du travail scolaire. Aider les élèves à s’emparer de cette liberté est certainement fondamental pour développer leurs lectures, les diversifier, juste donner le goût d’aimer lire. Exactement comme on le ferait pour un plat inconnu, “J’aime pas !” “Mais goûte !” “Ah oui, finalement c’est pas si mal. Il en reste ?”

Pierre Périer, professeur des université à Rennes 2, “En fait, la lecture personnelle relève davantage du loisir, non au sens studieux et cultivé de la scholè antique mais de l’étymologie latine de licere, c’est-à-dire d’une pratique dictée par la liberté de faire ou de ne pas faire, de lire ou de ne pas lire et dans des genres qui n’obéissent pas nécessairement aux canons de la littérature consacrée.”

Combien d’élèves lisent en dehors de ce qu’on leur assigne comme lectures ? Pourtant, quiconque a expérimenté cette forme de liberté le sait : c’est une sensation exceptionnelle et une manière indéniable de grandir, dans tous les sens du terme !

Christine Détrez, chercheuse à l’ENS de Lyon, écrit dans “Pourquoi les jeunes lisent encore ?” :

“Rire, pleurer, s’identifier, réparer des failles et des blessures, devenir soi en se rêvant être un.e autre… la lecture, même à l’ère numérique, continue à alimenter les imaginaires et à nourrir les quotidiens.”

Créer sa liste de lecture, et aider à la créer c’est :

1/ Lutter contre les biais cognitifs : les nôtres et ceux des élèves : concernant les genres de textes, les types de documents, les sujets : le fond et la forme des éléments de lecture. La légende raconte que les garçons ne lisent pas les fictions. Ah bon ? Les filles n’aiment pas les romans d’action. Depuis quand ? Ce texte-ci n’est vraiment de la littérature. Et donc ?

Pourquoi ne pas se constituer un recueil de paroles de chansons ? En oubliant ni les auteurs, ni les interprètes, ni les années de création des oeuvres…

Envisager une lecture de films ? Courts, moyens, longs métrages ? Pourquoi pas ?

2/ “Avoir les yeux plus gros que le ventre” : rêver sans limites, sans censure… 

A moins d’avoir une limite de temps, on a toute la vie pour lire ces dizaines de livres, textes, illustrations, peintures… qui nous font rêver. Alors pourquoi en supprimer de la liste ?

3/ Cartographier ses envies : où trouver les œuvres : livres, textes, documents ?

Lieux physiques : centre de documentations, bibliothèques…

Espaces numériques : https://gallica.bnf.fr/accueil/fr/content/accueil-fr?mode=desktop

4/ Quand et où programmer “les promenades imaginaires spatiales et temporelles ? Quel espace-temps dédié à la lecture ?

A quel moment a-t-on l’intention de prendre le temps de lire ? Quel moment va-t-on libérer ? Ce moment peut être envisagé comme un moment à soi, pour soi.

Où va-t-on être tranquille, sans être dérangé ? Où et quand le temps sera-t-il suspendu ?

5/ Se fixer des objectifs

Lire une poésie par semaine, un chapitre, une page… peu importe, tant qu’on s’engage et pose ses intentions…

6/ Créer son carnet de bord de culture/lecture, sur support à compléter, comme celui auquel nous avons pensé, ou depuis des feuilles blanches, un peu comme une oeuvre de scrapbooking… S’autoriser dans ce carnet de décrypter des images, des illustrations découpés ça et là… Un jour, cette oeuvre sera un souvenir, peut-être un point de départ…

Ce carnet est fondamental pour se rendre compte des efforts que l’on fait, pour développer la lecture active… et bien sûr pour développer les capacités d’écriture…

 

Pour travailler explicitement la compétence de lecture, nous traitons un certain nombre de sujets autour de la lecture en elle-même : fiche de lecture, technique de lecture, éléments de contexte… Suffit de cliquer ici : 👉🏼 https://fr.brainpop.com/lectureetecriture/

 

 

@ bientôt pour de nouvelles aventures !