Evaluer le bien-être à l’école

Posté par jennifere sur

 

Notre 1er article sur le sujet du bien-être à l’école tentait d’expliquer le sujet et son intérêt pour les élèves.

Mais alors… pour faire évoluer les compétences sociales et émotionnelles des élèves… encore faut-il savoir où ils en sont !

Seulement voilà… mesurer les compétences sociales et émotionnelles des élèves n’est pas chose aisée, il n’existe pas de grille d’évaluation unique et universelle que l’on pourrait soumettre aux élèves et se dire que le travail est fait.

Les travaux scientifiques du Cnesco, que nous avons cités précédemment démontrent qu’il y a plusieurs types d’évaluation, prenant en compte un ou plusieurs facteurs liés au bien-être des élèves. Ici se trouve un questionnaire, il s’agit de Echelle de satisfaction scolaire à au collège (Questionnaire de bien-­être à l’école / Bien-être à l’école : modules complémentaires) 

Auteurs : Philippe Guimard, Séverine Ferrière, Fabien Bacro, Agnès  Florin & Tiphaine Gaudonville

Pourquoi ne pas procéder en trois temps avec les élèves, par rapport aux 5 compétences que nous avons énoncées : Conscience de soi / Maîtrise de soi / Conscience sociale / Compétences relationnelles / Prise de décision responsable.

  1. Les élèves pourraient s’auto-évaluer sur ces 5 compétences
  2. Les enseignants pourraient évaluer les élèves sur ces 5 compétences
  3. Ensemble, lire les évaluations et en discuter pour trouver des pistes de travail afin d’améliorer les points qui ont besoin de l’être sur l’année ? Se fixer des moments dans l’année pour faire le point sur chacun des axes… peut-être avant chaque vacances scolaires ?

 

  • Conscience de soi : connaitre ses forces et ses limites, avoir une confiance en soi bien ancrée, faire preuve d’optimisme et adopter un état d’esprit tourné vers le développement de soi. 
  • Maîtrise de soi : Gérer efficacement son stress, contrôler ses émotions et réussir à se motiver pour se fixer et atteindre ses objectifs. 
  • Conscience sociale : Comprendre les points de vue des autres et faire preuve d’empathie envers eux, y compris ceux de différentes origines et cultures.
  • Compétences relationnelles : Communiquer clairement, bien écouter, coopérer avec les autres, résister aux pressions sociales, négocier les conflits de manière constructive, savoir rechercher ou offrir de l’aide en cas de besoin. 
  • Prise de décision responsable : Faire des choix constructifs concernant son propre comportement envers les autres sur la base de règles éthiques, de sécurité et de normes sociales.

Si cette mise en place prend trop de temps sur les apprentissages académiques, serait-il envisageable d’encourager les élèves à travailler en petits groupes ?

Ainsi ils pourraient s’encourager et créer des liens sur des terrains inconnus par rapport aux connaissances scolaires évaluées, tout en renforçant leurs capacités à apprendre en général… et donc à l’école…

Est-ce que ce travail pourrait donner lieu à un système de notation parallèle ? Est-ce que les élèves travailleront s’ils ne sont pas évalués ?

Qu’en dites-vous ?

Lié à:  Général